En quoi y-a-t-il violation de causalité ? Ou plutôt à quoi sommes nous acculés.

Il s'est passé beaucoup de choses ce soir là, mais la démonstration ne nécessite pas de faire référence à tous les évènements. On peut sans faire d'erreur logique se limiter à un sous ensemble des évènements.

Les évènements

Parmi les évènements de la soirée on identifie comme des évènements différents

  • (e?) 20h00-20h40 environ: l'expérience vécue par de nombreux témoins de l'observation du passage d'objets variés en survol au dessus de la région de phœnix.
  • (e0) 20h28 précises : le passage de la formation d'objets filmés par Terry Proctor.
  • (e3) 22h00 : le tir de fusées éclairantes au dessus du Barry Goldwater Gunnery Range au sud ouest de phœnix par un pilote d'A-10 en entrainement et en pleine possession de ses moyens.

Ces évènements sont totalement hors de portée de bricoleurs du dimanche.

Mettons de coté (e3) qui est marginal et facilement séparable temporellement (comparé à (e0) et (e?)).
Il est particulièrement difficile à la lecture des témoignages de faire la distinction entre (e?) et (e0). Il faut trouver les témoignages qui décrivent des caractéristiques incompatibles. Tous ont des caractéristiques compatibles avec (e0). Mais un bon nombre indique des caractéristiques incompatibles avec (e0). C'est bien sur ces particularités qu'il faut se concentrer. Un témoignage incompatible seul peut-être rejeté sur la base d'un niveau d'information insuffisant ou de mauvaise qualité. Ici, nous avons des témoignages détaillés et nombreux. C'est là que la valeur du témoignage humain est à prendre en compte. C'est peut-être aussi là qu'il faut prendre en compte le facteur humain dans le phénomène.

Des causes possibles

Peu importe le mobile, parmi les causes envisageables pour ces évènements je pense à

  • (c0) une concertation, la préparation d'une opération complexe
  • (c1) des technologies et/ou armes conventionnelles
  • (c2) des armes secrètes, américaines
  • (c3) des armes secrètes, non américaines
  • (c4) des technologies non humaines (cela ne veut pas nécessairement dire E.T.)
  • (c5) un phénomène psychique non identifié
  • (c?) toutes vos idées ici…

Petite subtilité : (c1) n'implique pas nécessairement que la technologie soit sous contrôle humain normal et sensé…

Des chaines de causalité

Il s'agit maintenant de construire toutes les combinaisons de chaines de causalité possibles entre ces trois évènements et ces causes et d'éliminer celles qui peuvent l'être sur la base d'hypothèses très vraisemblables.

Ma notation des liens de causalité : (ex)→(ey) signifie que la cause de l'évènement (ey) est essentiellement l'évènement (ex). C'est à dire que si il n'y avait pas eu (ex), il n'y aurait pas eu (ey).

La première hypothèse vraisemblable est que au moins 2 de ces évènements sont dépendants. Cela à cause du trop grand nombre de points communs dans les descriptions. C'est à dire, qu'il y a une chaine de causalité entre (e0) et (e?) et/ou entre (e0) et (e3) et/ou entre (e?) et (e3). Si on respecte la contrainte temporelle, les relations de causalité ne peuvent-être que dans cet ordre : (e?)→(e0) et/ou entre (e?)→(e3) et/ou entre (e0)→(e3).
A moins qu'il n'y ait une cause commune en amont.

Une grande question est : (e0) et (e?) sont-ils les même évènements ?
Si on se base sur les horaires, cela correspond assez précisément.

Est ce que ce qu'a filmé Terry Proctor est la même chose que les avions vus par Mitch Stanley ?
La réponse à cette question ne change pas grand chose au problème. Les descriptions de nombreux témoins ne correspondent ni à des avions ni à ce que Terry Proctor a filmé.

Le lien de causalité (e?)→(e0) : est impossible à cause de la quasi simultanéité. Par conséquent, soit il s'agit du même phénomène, soit la causalité est violée et (e?) est conséquence de (e0). Ou alors, les deux ont une cause commune.

Dans un premier temps, on fait l'hypothèse la plus simple que (e0) et (e3) sont ce qu'ils semblent être : des objets conventionnels et il ne s'agit pas d'une opération concertée.

Le lien de causalité (e0)→(e3) : est très douteux à cause du faible délai (1h30) entre les deux évènements. En effet, il me semble que ce délai est insuffisant pour décider subitement de lancer une opération de largage de flares en vue de la ville de Phoenix pour tenter par exemple de masquer l'évènement (e0) en entretenant la confusion. Si il y a lien de causalité, il serait plutôt que ces deux évènements ont une cause commune.

Le lien de causalité (e?)→(e3) est aussi douteux. Particulièrement à cause de la subtilité de la ressemblance entre (e3) et ce que des témoins décrivent avoir vu vers 20h30. C'est trop subtil pour que la décision de lancer (e3) pour produire cet effet visuel soit motivée par l'observation de (e?).

En quoi la ressemblance entre (e?) et (e3) est-elle subtile ?
Et bien plusieurs témoins on vu passer directement au dessus d'eux les 5 lumières vives ambres (blanches par moments) en formation, très lentement. Et disparaître lentement au loin derrière une chaine de montagnes : La famille Ley & l'ancien sénateur d'état Rusty Russell Bowers. Auxquels on peut rajouter Trig Johnston, mais à 22:20; ça ne lui est pas passé directement au dessus, mais les lumières sont allées disparaitre au loin derrière Camelback Mountain, après 20 minutes de déplacement latéral en vue du nord au sud.

J'arrive à trois possibilités

  • Il y aurait une cause commune à (e?) et (e3) et aussi à (e0) et (e?)
  • s'il n'y a pas de cause commune, une coïncidence improbable doit être invoquée. Même si certains disent avoir vu assez fréquemment des lumières sur la vallée à l'époque, on a pas revu de chapelet de lumières avant 2007, soit 10 ans plus tard. Ca fait une chance sur 3650 en moyenne.
  • il faut faire fi de la causalité…

(e?) et (e0) n'est pas la même chose

Par cette phrase, il faut comprendre : l'expérience décrite (e?) ne peut pas s'expliquer par une perception erronée de (e0). Des psychologues de la perception vont traiter la répartition des perceptions dans la population comme une gaussienne, leur permettant d'incorporer dans les perception possibles des visions très déformées. Pour les prendre au mot, je rappelle tout de même qu'une gaussienne est une fonction exponentielle, elle s'effondre très vite aux bords. Mais là c'est encore plus problématique, on parle de différences qui ne sont même plus de degré, mais de nature. ce ne sont pas juste des erreurs de couleur ou de dimensions. C'est autre chose.

Parce qu'on peut identifier plusieurs objets distincts pour (e?). Quelques exemples

  • le sénateur d'état Rusty Russell Bowers a vu les 5 lumières ambres lui passer dessus sur un axe allant de à South Mountain à Camelback Mountain. Cet axe n'est pas compatible avec quelque chose venant de Phoenix et allant vers Tucson au sud est. Ces deux axes sont presque perpendiculaires. Cependant il n'est pas rare de se tromper de 90°
  • le “precott witness” le fait aussi passer directement au dessus de lui, ce qui le place dans une position encore très privilégiée. L'objet décrit est très structuré, change d'apparence, est multicolore. La face inférieure est illuminée de façon complexe.
  • pour Ozma Linderman, ça s'est arrêté ou est passé à une vitesse lente pendant une seconde et s'est déformé en un objet oval qui a tourné à la couleur rouge. Puis c'est parti à toute vitesse vers le ciel. Illusion possible d'éloignement radial sur baisse de luminosité.
  • pour Seth Adams, c'était assez lent, ça s'est déformé. Puis c'est parti à toute vitesse vers le ciel. Illusion possible d'éloignement radial sur baisse de luminosité.
  • Pour certains, les sources de lumières se déplacent lentement puis partent à une vitesse ahurissante au loin. (Ann Baker, Famille Watson), dans leurs cas, l'illusion d'éloignement radial ne semble pas s'appliquer.
  • pour les ley, l'objet est aussi très structuré, le boomerang a des bords anguleux (coude à 90°) bien nets. Les sources de lumière ne sont pas du tout aux bords du boomerang, ce qui élimine l'explication classique de l'illusion d'un triangle imaginé par la présence de sources de lumières à ses coins.
  • pour la Famille Watson aussi, l'objet est très structuré, la face inférieure est même illuminée.

Des souvenirs implantés

Comment résoudre le problème de la violation de causalité ?
Soit on admet qu'il puisse y avoir violation de causalité; ce qui est à la source de ces expériences peut influencer le présent par des évènements futurs et le problème est ignoré.

Soit il n'y a pas violation de causalité. Mais alors comment résoudre ce paradoxe, cette impossibilité ?

  • possibilité 1: comme proposé ci dessus, tous ces évènements auraient une cause commune.
  • possibilité 2: parce que ces évènements n'ont en fait pas eu lieu au moment auquel tout le monde pense qu'ils ont eu lieu. Ils auraient en fait eu lieu plus tard.
  • possibilité 3: il s'agit de souvenirs artificiels créés après coup. Finalement

Si, on rejette la possibilité 1, ça montre dans quels délires il faut se lancer pour essayer d'expliquer les observations.

La création de souvenirs artificiels est la façon la plus efficace en termes énergétiques de faire vivre une expérience, et cela garantit le camouflage. La vraie nature du phénomène ne peut pas être identifiée par des traces matérielles. Cela résout aussi le paradoxe de l'absence de vidéos.

Pour quelques arguments en la faveur de cette possibilité : il faut écouter l'intervention de Frances Barwood au Joiner Report du 4 decembre 2009 avec Franck Warren. Ecouter ou ici à partir de 20 minutes.

Elle dit quelle a remarqué que les appels téléphoniques ont fusé seulement à partir du 11 mai 1997, suite à un bon article dans le Arizona Republic le 10 mai. Alors que les lumières ont été vues deux mois plus tôt.

Elle dit : Ce qui est intéressant, c'est que ces gens, ne s'en sont pas souvenus avant l'article dans le Arizona Republic. Et tout d'un coup, ils se souviennent de tout. Beaucoup lui ont même dit texto : “J'avais complètement oublié”. Mais alors, pourquoi n'avaient-ils pas appelé la police ou la télé ?

Elle raconte aussi sa propre expérience (samedi 14 nov. 1998, 23h20) ou elle aurait vu un cylindre très lumineux un soir de chez elle. Attention, elle n'évoque pas l'idée de faux souvenir, mais elle rapporte la situation ou le souvenir de l'expérience paranormale partagée avec une amie resurgit subitement une semaine plus tard par association d'idée. Au point qu'elle l'avait complètement oublié. Alors que son mari, lui ne s'en souvient pas; elle pense alors avoir rêvé. Alors elle appelle son amie. Qui s'en souvient aussi mais avait elle aussi complètement oublié. Puis son mari s'en est finalement aussi souvenu, mais était très surpris qu'il ait pu oublier une chose aussi frappante.

Et elle fait le lien entre son expérience et les appels téléphoniques du 11 mai.

Trig Johnston lui, indique que ce qui l'a motivé à appeler Frances était sa demande insistante aux témoins de se faire connaître. Pas un souvenir subit.

Qu'est ce qui reste alors pour expliquer (e?) ?

Ce peut-être une des idées suivantes, ou une combinaison de plusieurs

  • (i0) : Des gens ont halluciné, de façon assez cohérente dans les groupes de personnes et d'un groupe à l'autre
  • (i1) : Phœnix a pas mal de mythomanes actifs
  • (i2) : Des faux souvenirs ont été implantés/se sont implantés massivement.
  • (i3) : (c5) un phénomène psychique non identifié
  • (i4) : (c0),(c2),(c3) une opération concertée avec des technologies secrètes et non conventionnelles
  • (i5) : (c4) des technologies non humaines (cela ne veut pas nécessairement dire E.T.)
  • (i6) : (c0),(c2),(c3) une opération concertée faite uniquement avec des technologies et/ou armes conventionnelles sous contrôle ?
  • (i7) : ils sont tous dans le coup pour nous faire croire aux Ovnis et maintenir le rideau sur les technologies secrètes américaines.
  • (i8) : votre meilleure idée ici !

(i0) L'existence d'hallucinations collectives n'est pas reconnue scientifiquement je crois. Ici qui plus est, le support (en quelque sorte la graine nécessaire pour susciter l'hallucination) de l'hallucination ne semble pas être matériel en raison des variations et multiplicités des observations en lieux et horaires.
(i1) Où ils seraient tous mythomanes est facile à rejeter à cause du calibre de certains témoins, et plus globalement sur la façon dont les témoignages sont arrivés. Mais attention, on ne peut pas éliminer qu'il y ait quelques mythomanes parmi les témoins. Cela complique beaucoup le problème. Pour se prémunir de cela, avec le cas de Phœnix, on peut se permettre le luxe de rejeter les témoins isolés (mais je garderais bien quand même l'ancien sénateur d'état Rusty Russell et le gouverneur Fyfe Symington, dans le cas où ils auraient été seuls).
(i6) Ne rend pas compte de certaines observations où l'objet aurait eu une taille gigantesque et une trajectoire incompatible avec l'aérodynamique
(i7) Come on…